e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] IRD:efficacité et la faisabilité des traitements ARV en Afrique

E-MED: IRD:efficacité et la faisabilité des traitements ARV en Afrique
-------------------------------------------------------------------------

Institut de recherche pour le développement
Communiqué de presse
Paris, le 24 juin 2002
http://www.ird.fr/fr/actualites/communiques/2002/retroviraux.htm

L'efficacité et la faisabilité des traitements antirétroviraux en Afrique
mises en évidence par des études coordonnées par l'IRD

       Alors que près des trois quarts des personnes touchées par le VIH se
trouvent en Afrique subsaharienne, il apparaît crucial que les traitements
antirétroviraux, efficaces dans les pays du Nord, puissent être utilisés sur
ce continent. Plusieurs études coordonnées par des chercheurs de l'Institut
de recherche pour le développement (IRD) prouvent l'efficacité et la
faisabilité de la mise en place de ces traitements dans plusieurs de ces
pays.

       Deux types principaux d'arguments sont fréquemment évoqués pour
freiner le développement des traitements antirétroviraux dans les pays en
développement :
       - d'une part, l'incertitude sur leur efficacité biomédicale, compte
tenu notamment de la diversité des souches du virus VIH présentes en
Afrique, du degré d'avancement de la maladie et des phénomènes de résistance
pouvant survenir ;
       - d'autre part, le contexte socio-économique peu favorable : le coût
élevé des médicaments et l'insuffisance du dispositif sanitaire de la
plupart de ces pays. Cela fait préférer à certains des interventions basées
exclusivement sur la prévention ( plus " efficace en termes de coût") sans
prendre en compte la possibilité de traitements antirétroviraux , ce qui
n'est pas sans poser de graves problèmes éthiques.


La Conférence de Barcelone sur le sida aura lieu du 7 au 12 juillet
prochain. Plusieurs chercheurs de l'IRD et leurs partenaires sénégalais vont
y présenter des communications (cf. résumés ci-après). L'Agence nationale de
recherches sur le sida (ANRS) organisera un point presse sur l'accès aux
antirétroviraux durant la  conférence.


Une équipe de scientifiques franco-sénégalaise publie dans la revue AIDS de
juin 2002 les résultats à 18 mois d'une étude-pilote effectuée au Sénégal
qui, pour la première fois, lève les doutes sur l'efficacité et la tolérance
des traitements antirétroviraux en Afrique.
Cette étude, qui porte sur des trithérapies classiques, a été coordonnée par
le Dr Ibrahima Ndoye du Comité national de lutte contre le sida du Sénégal
et par le Pr Eric Delaporte de l'Institut de recherche pour le développement
(IRD, Montpellier). Elle montre de façon claire qu'il n'est pas justifié de
différer sur le continent africain la mise en place de traitements
antirétroviraux au nom d'arguments cliniques ou virologiques (cf. fiche
d'actualité n°157). Les résultats à 30 mois de cette étude vont être
présentés pendant la Conférence de Barcelone.

Des recherches en épidémiologie, socio-anthropologie et psychologie menées
par l'IRD au Sénégal ont montré un niveau d'observance des patients
supérieur à ceux habituellement décrits dans les pays du Nord. Elles ont
également mis en évidence leur forte adhésion,
       renforcée par leur perception de l'efficacité des traitements, et le
rôle essentiel de la gratuité des traitements pour favoriser sa bonne
       continuité.

       Ces recherches ont permis de préciser les modalités pratiques de la
mise en place d'un programme de santé publique fondé sur la prise en
       charge thérapeutique du sida par les médicaments antirétroviraux dans
le contexte sanitaire africain. Elles montrent que la circulation de
       ces médicaments dans le marché informel des médicaments est très
limitée. Le contrôle rigoureux de l'approvisionnement et de leur
       délivrance au Sénégal a évité les détournements ; de même, le suivi
et l'accompagnement des patients ont empêché la revente de
       médicaments distribués.

Une autre étude est actuellement initiée au Cameroun par l'IRD dans le cadre
du projet PRESICA (Prévention Sida Cameroun), en collaboration étroite avec
des chercheurs camerounais et avec le concours de Médecins sans frontière -
Suisse, afin d'évaluer l'efficacité de traitements à base d'antirétroviraux
génériques dont le coût ne s'élève qu'à environ 30 euros par mois. Pour la
première fois, ces médicaments génériques plus adaptés au contexte des pays
en développement. (un comprimé matin et soir, dans lequel se trouvent
associés trois antirétroviraux) seront testés.

L'une des grandes questions concernant la diffusion rapide des ARV en
Afrique est le risque d'émergence à grande échelle de souches résistantes à
ces médicaments. Avec l'appui de l 'Agence nationale de recherches sur le
sida (ANRS), un observatoire des résistances a été mis en place par l'IRD en
association avec plusieurs laboratoires africains dont celui du professeur
Mboup à Dakar .

L'IRD est également très fortement impliqué dans la formation de réseaux de
personnel médical capables d'encadrer le suivi des traitements et de
soutenir les patients à travers ces projets dont l'effet structurant est
majeur (développement des outils de suivi clinique, des outils d'aides à
l'observance ).

Ces résultats très positifs ouvrent des perspectives pour la mise en place
de stratégies thérapeutiques à plus long terme et accessibles à un plus
grand nombre de patients dans l'ensemble du continent.


L'Institut de recherche pour le développement (IRD) est engagé depuis une
quinzaine d'années dans des  recherches sur le sida en Afrique : diversité
génétique des souches et ses conséquences, épidémiologie, prévention,
traitement médical et social de la maladie, démographie, aspects sociaux.
Doté d'équipes pluridisciplinaires, l'IRD est particulièrement bien armé
pour conduire des études sur l'évaluation de programmes de lutte contre le
sida mis en place par les pays africains et sur l'accès aux traitements
anti-VIH en Afrique. Présent sur le terrain au Sénégal, au Cameroun, en Côte
d'Ivoire, au Burkina Faso et en Thaïlande, travaillant en partenariat étroit
avec les scientifiques et praticiens de ces pays, il participe à de nombreux
programmes de l'Agence nationale de recherches sur le sida (ANRS).

CONTACTS PRESSE - PARIS

       IRD Paris :
       Hélène Deval
       Tél. : 01.48.03.75.19
       Courriel : deval@paris.ird.fr

       Des illustrations de ces recherches sont disponibles sur demande.

voir aussi la fiche technique
 http://www.ird.fr/fr/actualites/fiches/2002/fiche157.htm

--
Adresse pour les messages destinés au forum E-MED:
<e-med@usa.healthnet.org>
Pour répondre à un message envoyer la réponse au forum
ou directement à l'auteur.
Pour toutes autres questions addresser vos messages à :
<e-med-help@usa.healthnet.org>

<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] IRD:efficacité et la faisabilité des traitements ARV en Afrique, remed <=