e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Pétition "Prescrire" / la politique européenne du médicament

E-MED: Pétition "Prescrire" / la politique européenne du médicament
-------------------------------------------------------------------------

[Modérateur: la Revue Prescrire, soutenue par de nombreuses associations
européennes, lance une pétition que l'on peut télécharger sur leur nouveau
site web. A visiter absolument.CB]


La politique du médicament en danger
http://www.prescrire.org/aLaUne/dossierEurope2.php

Le médicament traité avant tout comme une marchandise de consommation
courante, les patients traités avant tout comme une cible marketing, ce
n'est pas un scénario improbable, si les modifications qui se préparent au
niveau européen, sous l'influence du lobbying des industriels et sous
l'égide de la "Direction générale Entreprises" de la Commission européenne,
se concrétisent.


Une proposition de Directive et une proposition de Règlement, toutes deux
concernant le médicament à usage humain, vont prochainement être soumises,
pour adoption, au Parlement européen et au Conseil de l'Union européenne.

Participez à l'Appel aux responsables politiques nationaux et européens
Les membres de l'Association Mieux Prescrire et la Rédaction de la revue
Prescrire appellent les responsables européens (députés européens, ministres
de Conseil de l'Union européenne, commissaires européens) à reconsidérer les
orientations contenues dans les propositions de Directive et de Règlement
relatives au Médicament préparées par la Direction générale Entreprises de
la Commission européenne.
Dans l'intérêt de la santé publique, ils appellent ces responsables à
adopter de nouvelles orientations s'inscrivant dans une politique générale
au service des populations.

La politique du médicament au service de l'industrie
Si ces propositions de Directive et de Règlement étaient adoptées en leur
état actuel, les changements susceptibles d'intervenir en France et dans
toute l'Union européenne seraient extrêmement préoccupants :

Des autorisations de mises sur le marché plus faciles (et pas seulement pour
les malades en impasse thérapeutique), accordées plus rapidement, une fois
pour toute, sans révision systématique.

Des autorisations de mise sur le marché par reconnaissance mutuelle
officialisées, affaiblissant la procédure  d'autorisations européennes
centalisées.

Le maintien dans le quasi-secret des activités d'évaluation et de
pharmacovigilance, pourtant plus que nécessaires à la  connaissance pour
choisir les médicaments et gérer leurs risques.
Ainsi, les Rapports périodiques sur les effets indésirables, qui doivent
être fournis par les firmes aux autorités compétentes, nationales ou
européennes, ne sont pas accessibles. Et le projet de base de données
européenne de pharmacovigilance, qui fait partie des tâches de l'Agence
européenne des produits de santé depuis 1995, ne prévoit pas que cette base
soit rendue accessible aux professionnels de santé et aux patients.

Pression publicitaire directe auprès du "grand public". Les documents
européens qui accompagnent la proposition de Directive prévoient
explicitement la publicité pharmaceutique directe auprès du grand public, y
compris pour des médicaments de prescription.

Il n'est pas trop tard pour agir
Les soignants et les patients peuvent agir, faire barrage et infléchir le
cap. De nombreuses associations, collectifs et personnalités se sont
manifestés de toutes parts auprès des institutions concernées et ont
entrepris un "contre-lobbying" pour faire valoir d'autres points de vue que
celui des firmes.

Des membres de la Commission d'autorisation de mise sur le marché (CPMP) de
l'Agence européenne du médicament (EMEA) se sont adressés aux parlementaires
pour déplorer que le fonctionnement de cette agence favorise les firmes
pharmaceutiques plutôt que l'intérêt de la santé publique.

L'International Society of Drug Bulletins (ISDB), dont la revue  Prescrire
assure actuellement la présidence, est intervenue auprès  de nombreuses
instances européennes. Pour en savoir plus sur l'ISDB : ISDB

Parmi les réseaux associatifs et les organisations non  gouvernementales, le
Collectif Europe et Médicament, auquel participent l'Association Mieux
Prescrire et la revue Prescrire, s'est fixé pour objectif d'informer toutes
les personnes concernées par la politique du médicament en Europe, et de
présenter des amendements aux propositions de Directive et de Règlement de
la Commission européenne.

©La revue Prescrire

****************

Pétition auprès du Président du Parlement européen
http://www.prescrire.org/docus/petition1.pdf

Pétition auprès des Députés européens
http://www.prescrire.org/docus/petition2.pdf


*****************

Le Médicament n'est pas un produit industriel comme les autres.

Appel aux responsables politiques : les points forts

http://www.prescrire.org/aLaUne/dossierEuropeAppel.php

Les membres de l'Association Mieux Prescrire et la Rédaction de la revue
Prescrire appellent les responsables européens (députés européens, ministres
de Conseil de l'Union européenne, commissaires européens) à reconsidérer les
orientations contenues dans les propositions de Directive et de Règlement
relatives au  Médicament à usage humain préparées par la Direction générale
Entreprises de la Commission européenne.
Dans l'intérêt de la santé publique, ils appellent ces responsables à
adopter de nouvelles orientations s'inscrivant dans une politique générale
au service des populations.

  Santé publique avant politique industrielle
Le Médicament étant un élément important de la politique de santé, les
structures administratives, européenne et nationales, chargées des
autorisations de mise sur le marché et du suivi après  commercialisation
doivent dépendre directement des responsables Santé des États et de
l'Union.(...)

  Indépendance financière
Le Médicament étant l'objet d'enjeux financiers considérables, il est
essentiel que les structures et les personnes chargées de l'administration
et du contrôle des médicaments soient indépendantes des firmes
pharmaceutiques sur le plan financier. (...)

 Libre accès aux données scientifiques
Le Médicament ne doit pas faire exception au devoir de transparence de
l'ensemble des institutions européennes et nationales concernées.
Ce devoir est d'autant plus essentiel que sont en jeu ici des informations
scientifiques qui peuvent permettre de mieux soigner et/ou de faire un
meilleur usage des thérapeutiques disponibles. Il s'inscrit aussi dans le
cadre du devoir moral des collectivités de  rendre publiques les
informations issues de la recherche clinique, à laquelle des milliers de
malades ont accepté bénévolement de participer. (...)

  Procédures centralisées et exigeantes
L'effort d'harmonisation européenne et de concentration des moyens
 entrepris depuis 1995, au travers de la création de l'Agence européenne du
médicament (EMEA) et de la procédure centralisée des autorisations
européennes de mise sur le marché des médicaments, doit être poursuivi et
amplifié. (...)

 Une bonne information pour un bon usage
Le bon usage du médicament, et en particulier la prévention des effets
indésirables et des erreurs médicamenteuses, nécessite une bonne information
du public et des professionnels de santé. (...)

  Transparence des coûts
Les médicaments ne peuvent s'inscrire dans une politique de santé au service
de la population que s'ils sont disponibles, répartis sur tout le
territoire, accessibles à l'ensemble des populations, et que leur prix soit
compatible avec les budgets sociaux mobilisables. (...)

La revue Prescrire
Association Mieux Prescrire


***************

Pour en savoir plus

Afin que chacun puisse agir en connaissance de cause, la revue Prescrire
publie une série de documents et d'analyses  concernant la politique
européenne du médicament, c'est-à-dire celle qui prévaut aujourd'hui pour
l'essentiel dans tous les pays européens


* Le site internet de l'Agence européenne du médicament et la fausse
transparence qu'il dégage aujourd'hui (n°228, mai 2002, pages 386-388)

* Champ libre (n°229, juin 2002,page 401)

* Aujourd'hui, la  politique du  médicament se conçoit à l'échelon européen
(n°229, juin 2002, pages 461-463)

* En pratique, la  politique du médicament tourne aujourd'hui le dos à la
santé publique(n°229, juin 2002, pages 464-466)

* La politique du médicament au service de l'industrie (n°230, juillet-août
2002, pages 541-543)

* Pour une  réglementation qui réponde aux besoins de santé publique (n°230,
juillet-août  2002, pages 544-545)

* Des principes fondamentaux incontournables (n°230, juillet-août  2002,
page 547)

--
Adresse pour les messages destinés au forum E-MED:
<e-med@usa.healthnet.org>
Pour répondre à un message envoyer la réponse au forum
ou directement à l'auteur.
Pour toutes autres questions addresser vos messages à :
<e-med-help@usa.healthnet.org>

<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] Pétition "Prescrire" / la politique européenne du médicament, remed <=