e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] petite revue de presse du weekend

E-MED: petite revue de presse du weekend
-------------------------------------------------------------------------

Le paludisme est devenu résistant aux médicaments au Zimbabwe

Harare, Zimbabwe (PANA) -  M. Jokonia Chirenda, directeur au ministère de la
Santé du Zimbabwe, a estimé mercredi que le paludisme a développé des
résistances aux médicaments dans certaines régions du pays, précisant
notamment que la chloroquine, généralement utilisée dans le pays, n'est plus
efficace contre certaines formes de la maladie.

Plusieurs formes de paludisme surviennent au Zimbabwe, notamment  durant la
saison des pluies, tuant des milliers de personnes chaque année.

Déjà la presse locale a rapporté plusieurs décès dus à cette  maladie depuis
le début des pluies en octobre.

Selon M. Chirenda, la résistance que le paludisme a développé par rapport à
la chloroquine a porté un rude coup aux efforts du gouvernement pour
combattre le fléau.

On estime à 200 000 le nombre de personnes qui meurent tous les ans en
Afrique australe, y compris le Zimbabwe, du paludisme, une maladie endémique
dans les régions tropicales dont le vecteur est  l'anophèle.

Harare - 03/01/2002

*****************

4,5 milliards détournés à la Fondation Follereau en Côte d'Ivoire
http://www.panapress.com/newslat.asp?code=fre035637&dte=03/01/2002
Par Seidik Abba

Correspondant de la PANA

Paris, France (PANA) -  Quelque 4,5 milliards FCFA (plus de 6   millions de
dollars) destinés à la lutte contre la lèpre ont été détournés de la
représentation de la Fondation Raoul Follereau en Côte d'Ivoire, a révélé
dans son édition de mercredi, l'hebdomadaire satirique français 'Le Canard
enchaîné'.

La somme incriminée aurait été dissimulée sous la forme d'un  virement au
profit de l'archevêque d'Abidjan avant d'être investie dans des plantations
de palmiers et d'hévéas par le représentant local de l'organisation non
gouvernementale  française spécialisée dans la lutte contre la lèpre en
Afrique.

Selon une bonne source, la répétition de tels manquements dans  les
interventions de l'ONG en Afrique avait motivé en 2001 une enquête de
l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) qui  a révélé des
irrégularités en Guinée et à Madagascar.

Dans leur rapport, les enquêteurs du ministère français de la Santé
indiquaient que les sommes normalement destinées à la lutte
 contre la lèpre avaient servi sur la Grande île à financer, à  hauteur de
12.300.000 FCFA, "un centre de production de vidéos  religieuses", tandis
qu'en Guinée, la Fondation prenait en charge le salaire mensuel de la
secrétaire de l'évêque de Conakry.

Interrogé sur ces pratiques, le président d'une association de médecins
africains vivant en France les a qualifiées de "tout à fait préjudiciables"
à l'action de lutte contre la lèpre en Afrique.

 "La Fondation Raoul Follereau fait un travail immense de soutien aux
malades atteints de lèpre sur le continent africain, il va de soi que si les
faits incriminés sont établis, ils sont de nature  à entacher la noble
action de cette ONG de réputation mondiale",  a déclaré à la PANA, sous
couvert de l'anonymat, ce médecin  africain travaillant dans un hôpital
parisien.

Les enquêteurs de l'IGAS critiquent également l'utilisation, dans les
campagnes de collecte, de fonds d'images de personnes  arrivées à un stade
très avancé de la maladie.

Selon eux, "ces dures images", même lorsqu'elles sont destinées à   faire
toucher au plus près la réalité à l'opinion publique, ne sont pas
respectueuses de la dignité des personnes atteintes par la lèpre.

Sur ce point, leur jugement est partagé par des organisations
internationales et divers courants de l'opinion publique qui estiment que
les "actions de sensibilisation doivent se situer au juste milieu entre la
dignité des malades et le souci de sensibiliser sur l'ampleur de la
maladie".

 La lèpre, qui avait fait d'énormes ravages dans le monde en particulier en
Afrique, est considérée aujourd'hui par l'OMS  comme étant une maladie en
voie d'extinction grâce aux progrès de l'antibiothérapie.

 Paris - 03/01/2002

******************

« Les médicaments génériques ne font pas recette »
(60 Millions de Consommateurs - janvier 2002)

Le mensuel 60 Millions de Consommateurs propose, sur sept pages, une enquête
sur les médicaments génériques. Constatant qu'avec 3,1 % du marché des
médicaments, leur part reste faible en France, le magazine a choisi de
s'intéresser aux raisons qui expliquent ce « blocage » et estime que
 pharmaciens, clients, médecins, laboratoires... tous contribuent à freiner
leur développement ». L'enquête menée par 60 Millions de Consommateurs en
partenariat avec la Cnamts dans 502 pharmacies montre ainsi « un
comportement contrasté » : 29 % des officinaux pratiquent spontanément la
substitution tandis que 43 % ne le font qu'à la demande du patient et 28 %
la refusant. On notera également, dans ce dossier, une analyse du discours
que les pharmaciens tiennent à leurs clients qui montre que « quasiment
aucun ne remet en cause, devant son client, l'efficacité du générique ». Ils
restent en revanche partagés sur leurs atouts en matière d'économies pour la
Sécurité sociale et l'enquête souligne la nécessité de mieux informer le
consommateur et de « lui rappeler que « copie » ne veut pas dire
 médicament au rabais ».

--
Adresse pour les messages destinés au forum E-MED:
<e-med@usa.healthnet.org>
Pour répondre à un message envoyer la réponse au forum
ou directement à l'auteur.
Pour toutes autres questions addresser vos messages à :
<owner-e-med@usa.healthnet.org>

<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] petite revue de presse du weekend, remed <=