e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Revue de presse

E-MED: Revue de presse
-------------------------------------------------------------------------

La question des médicaments pourrait faire échouer Doha (Moore)

DOHA, 8 nov (AFP) - 10h34 - La question des médicaments pourrait faire
échouer la réunion de Doha si elle n'est pas résolue, a estimé jeudi Mike
Moore, le directeur-général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Dans une déclaration à la presse à la veille de l'ouverture de la conférence
ministérielle de l'OMC à Doha (Qatar), Mike Moore a estimé que "les
questions des droits de propriété intellectuelle dans les relations
commerciales et de la santé publique pourraient bien être la cause d'un
échec de cette conférence".

Ces droits de propriété intellectuelle dans le cadre des relations
commerciales sont connus sous l'acronyme anglais TRIPS ou ADPIC en français.

"Vous connaissez les contradictions actuelles. Nous voulons qu'un maximum
d'investissements aille à la lutte contre les fléaux de notre temps comme le
cancer et le sida. Nous voulons également que le produit de ces
investissements profite le plus vite possible à nos enfants", a-t-il
affirmé.

"Il y a environ un an, les gens manifestaient contre les accords TRIPS
devant mes bureaux mais maintenant ils demandent que l'accord TRIPS soit
préservé car il a permis de résoudre les cas du Brésil et de l'Afrique du
sud", a affirmé Mike Moore.

Plusieurs compagnies pharmaceutiques avaient abandonné en début d'année des
poursuites judiciaires contre les autorités sud-africaines qui
commercialisaient des médicaments génériques contre le sida alors que les
brevets des fabricants de produits identiques étaient encore protégés.
Les Etats-Unis et le Brésil avaient trouvé un accord dans le cadre d'un
conflit similaire en mai dernier.

"L'accord TRIPS est une composante importante des systèmes de santé
publique.
L'investissement est aussi important mais ce n'est pas tout. Les questions
de gestion des affaires publiques, de formation des infirmières et des
docteurs, celles liées aux médicaments eux-mêmes sont également importantes.
Je pense que c'est un des sujets les plus difficiles auquel nous sommes
soyons confrontés", a déclaré Mike Moore.

*************

MSF dénonce le double langage américain sur les médicaments essentiels

PARIS, 6 nov (AFP) - 18h30 - Les Etats-Unis pratiquent un double langage en
matière d'accès aux médicaments essentiels, a estimé mardi Médecins sans
frontières (MSF), pour qui les Américains appliquent la règle du "faites ce
que je dis, pas ce que je fais".

"Quand les Etats-Unis ont eu besoin de (l'antibiotique) Cipro pour faire
face à l'anthrax, ils n'ont pas hésité à négocier auprès du groupe Bayer
pour faire baisser les prix", relève le président de MSF, Jean-Hervé Bradol.

"Mais ils sont moins enclins à accepter pour les autres ce qu'ils s'offrent
à eux-mêmes. Ce sont les rois du double standard. +Faites ce que je dis, ne
faites pas ce que je fais+", a-t-il déclaré à l'AFP.

En comparaison, l'Afrique du Sud avait dû mener trois ans de bataille
juridique contre les principaux laboratoires pour obtenir au printemps 2001
un accord, visant à diminuer le prix des médicaments contre le sida pour
soigner 4,5 millions de malades.

La conférence ministérielle de l'Organisation mondiale du commerce (OMC),
organisée du 9 au 13 novembre à Doha, au Qatar, doit discuter de l'accord
sur la propriété intellectuelle (TRIPS en anglais, ADPIC en français) et de
son application aux médicaments.

Ce sujet sensible oppose une soixantaine de pays en voie de développement et
les défenseurs du droit du tiers-monde à la santé, aux partisans d'une
stricte protection des brevets des multinationales pharmaceutiques,
Etats-Unis et Suisse en tête.

"Les accords TRIPS prévoient toutes les dérogations nécessaires... Or on
voit aujourd'hui une intense activité diplomatique des laboratoires et de
pays comme les Etats-Unis, le Canada et la Suisse pour les bloquer," ajoute
M. Bradol.

MSF, qui enverra deux observateurs à Doha, se félicite cependant que les
campagnes publiques  menées depuis deux ans aient permis de faire chuter les
prix des trithérapies contre le sida, et de  médicaments comme ceux contre
la maladie du sommeil.

**************


Le Ghana en situation de produire un médicament anti-SIDA


          Accra, Ghana (PANA) -  Le Ghana pourrait, dans un proche avenir,
produire des médicaments anti-SIDA, afin de les rendre
accessibles aux personnes infectées par la maladie, a dit jeudi
l'ex-ministre ghanéen de la Santé, M. Richard Anane.

Actuel conseiller du vhef de l'Etat ghanéen, le Dr Anane a dit que le
ministère de la Santé, en coopération avec l'OMS et le
ministère de la Santé de la Thaïlande, a initié un projet de
fabrication de médicament qui a la capacité de prolonger de 20
ans la vie d'une personne infectée.

Le Dr Anane a dit aux officiels que la Thaïlande a déjà envoyé
une mission dans le pays pour faire le point sur les capacités de
quelques compagnies et cette mission a conclu que le Ghana a la
capacité de produire le médicament.

Il a affirmé que le ministère correspondait avec les responsables
thaïlandais afin d'obtenir le feu vert pour le démarrage de la
production, ajoutant que, grâce aux négociations avec la Banque
mondiale, le prix du médicament, qui est de 700 dollars, a été
réduit à 29,5 dollars.

"Ce prix reste cependant trop élevé et rares sont les Ghanéens
qui peuvent y faire face. Nous estimons que si nous commençons la
production, le prix du médicament connaîtra une nouvelle baisse",
a expliqué le Dr Anane.

Il a également laissé entendre que le taux de prévalence du VIH
avait diminué de 4,6 à 3,6% en 2000. Le programme anti-VIH/SIDA a
été profondément remanié, a-t-il dit, ajoutant que le ministère
avait obtenu un million de dollars de la Banque mondiale pour
l'achat de médicaments anti-rétroviraux. Le programme d'achat est
en cours.

Au Ghana, plus de 45.000 personnes vivent avec le VIH/SIDA.

Accra - 02/11/2001


--
Adresse pour les messages destinés au forum E-MED:
<e-med@usa.healthnet.org>
Pour répondre à un message envoyer la réponse au forum
ou directement à l'auteur.
Pour toutes autres questions addresser vos messages à :
<owner-e-med@usa.healthnet.org>

<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] Revue de presse, remed <=