e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] OMS : initiative pour l'accès à des antituberculeux gratuits

E-MED: OMS : initiative pour l'accès à des antituberculeux gratuits
-------------------------------------------------------------------------

http://www.oms.ch/inf-pr-2001/fr/cp2001-13.html

L?OMS ET LE PARTENARIAT HALTE À LA TUBERCULOSE LANCENT UNE NOUVELLE
INITIATIVE POUR AMÉLIORER L?ACCÈS À DES ANTITUBERCULEUX GRATUITS : LE
DISPOSITIF MONDIAL DE FINANCEMENT DES MÉDICAMENTS ANTITUBERCULEUX

  L?Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le partenariat mondial Halte
à la tuberculose ont annoncé aujourd?hui une nouvelle initiative visant à
améliorer l?accès aux antituberculeux de 10 millions de malades au cours des
cinq prochaines années.
  Le dispositif mondial de financement des médicaments antituberculeux ,
créé dans le cadre de l?OMS et géré par le partenariat Halte à la
tuberculose, vise à améliorer sensiblement l?accès à des médicaments de
haute qualité contre la tuberculose.
  L?OMS cherche à obtenir des annonces de contributions d?au moins US $50
millions par an au cours des cinq prochaines années.

  Le dispositif mondial qui verra le jour à Washington le 21 mars 2001
permettra de financer l?achat d?antituberculeux de qualité pour les pays
confrontés à une forte charge de morbidité tuberculeuse. L?objet du
dispositif est de fournir des antituberculeux à 10 millions de malades au
cours des cinq prochaines années et à 45 millions de malades au cours d?une
période de 10 ans.

  Grâce à une contribution initiale de l?Agence canadienne de Développement
international, le dispositif mondial a récemment approuvé à l?intention de
plusieurs pays d?Afrique, d?Asie et d?Europe orientale des dons devant
permettre de soigner près de 200 000 cas. Un deuxième groupe de demandes
sera traité d?ici juillet 2001, ce qui devrait permettre de fournir des
médicaments à près d?un demi-million de malades au cours de la première
année de fonctionnement du dispositif.

  Si les pays en développement - confrontés à 90 % de la charge de morbidité
tuberculeuse mondiale - sont la principale cible du dispositif, les pays
industrialisés bénéficieront eux aussi indirectement de son action. En
effet, avec la mobilité croissante de la population mondiale, il apparaît
clairement que les frontières nationales n?entravent nullement la
propagation de la tuberculose. On relève d?ailleurs un risque croissant d?
infection au cours des voyages aériens et, ce qui est plus inquiétant, on a
constaté plusieurs cas ainsi contractés de tuberculose
polychimiorésistante ? une forme de la maladie qui implique un traitement
difficile et coûteux. Des foyers de tuberculose polychimiorésistante ont été
observés dans de nombreux pays, et notamment dans ceux de l?ex-URSS. La
lutte contre la tuberculose dans un pays déterminé implique une lutte
mondiale. Un investissement en faveur du dispositif mondial n?est pas
seulement un devoir humanitaire pour les pays développés, mais une mesure
judicieuse de santé publique.

  « L?accès au traitement et aux soins est au centre des droits de l?
omme », a déclaré le Dr Gro Harlem Brundtland, Directeur général de l?
Organisation mondiale de la Santé. « Lorsque l?accès est négligé ou refusé,
la santé et les droits de l?homme en souffrent. Nous savons tous que les
pauvres sont les victimes privilégiées des maladies infectieuses et la
tuberculose offre l?un des exemples les plus frappants du phénomène. Il est
honteux que tant de malades de la tuberculose meurent encore de la maladie
et il est inexcusable que moins d?un quart d?entre eux aient accès à un
traitement efficace », a-t-elle ajouté.

  Le thème de la Journée mondiale de la tuberculose, célébrée chaque année
le 24 mars, date anniversaire de la découverte du bacille de la tuberculose,
vise à souligner que la stratégie DOTS de traitement de brève durée sous
surveillance directe offre à chaque malade la possibilité de guérir, faisant
ainsi ressortir l?importance de l?accès au traitement pour tous les malades,
riches ou pauvres, jeunes ou vieux, hommes ou femmes, et quelles que soient
leur race, leur origine ethnique, leurs conditions sociales ou les autres
caractéristiques au nom desquelles on prive parfois les gens d?un traitement
auquel ils ont droit. La Journée mondiale met l?accent sur les malades de la
tuberculose qui ont des besoins particuliers, par exemple les personnes
vivant avec le VIH et ceux qui ont été infectés par une souche
chimiorésistante.

  La tuberculose est la maladie infectieuse guérissable qui provoque le plus
grand nombre de décès dans le monde. Chaque jour, on compte 20 000 nouveaux
cas de tuberculose évolutive et 5000 décès dus à la maladie. Sans
traitement, 70 % des cas seront mortels et, de plus, une seule personne
atteinte d?une tuberculose infectieuse peut en infecter 10 à 15 autres
chaque année. L?épidémie mondiale de tuberculose a progressé de 6 % entre
1997 et 1999, principalement en raison d?une augmentation de 20 % dans les
pays africains touchés par l?épidémie de VIH/SIDA. Si ces tendances se
maintiennent, on peut s?attendre à enregistrer quelque 10,2 millions de
nouveaux cas annuels d?ici 2005.

  Or, la progression constante de l?épidémie est totalement évitable. La
stratégie DOTS approuvée par l?OMS permet de sauver des vies, de guérir les
malades, de prévenir la propagation de la chimiorésistance et de réduire la
transmission de la maladie. Les avantages sociaux et économiques sont tout
aussi importants. Pourtant, les progrès réalisés dans la diffusion de la
stratégie DOTS restent totalement insatisfaisants. Il ressort d?un rapport
publié cette semaine par l?OMS que 23 % seulement des cas de tuberculose
infectieuse étaient traités dans le cadre de programmes DOTS. A moins d?une
généralisation rapide de la stratégie DOTS, les cibles mondiales - dépistage
de 70 % des cas de tuberculose infectieuse et guérison de 85 % des cas
dépistés - ne pourront être atteintes avant 2013 au plus tôt.

  Un obstacle significatif à une extension rapide de la stratégie DOTS est
le manque de médicaments. Un traitement antituberculeux de six à huit mois
coûte à peine une dizaine de dollars. Cependant, les pénuries d?
antituberculeux sont fréquentes et graves, et résultent souvent de
contraintes financières, de systèmes peu efficaces d?achat de produits
pharmaceutiques et d?erreurs de gestion. Les médicaments utilisés contre la
tuberculose existent depuis plus de 30 ans et pourtant des millions de
malades n?ont toujours pas accès à un traitement efficace.

  Comme l?a souligné le Dr JW Lee, Directeur du Département Halte à la
tuberculose à l?OMS, « les générations futures ne manqueront pas de nous
demander pourquoi nous avons continué à tolérer 2 millions de décès annuels
provoqués par une maladie guérissable par des médicaments qui coûtent entre
10 et 15 dollars. Elles pourront à juste titre s?interroger sur notre
engagement, nos priorités, notre sens de la justice et notre compréhension
des droits de l?homme ».

  Il y a un an, lors de la Journée mondiale de la tuberculose, les ministres
de la santé, des finances et de la planification de 20 des pays les plus
touchés par la tuberculose se sont réunis à Amsterdam pour une conférence
sur la tuberculose et le développement durable. Ils ont fixé des objectifs
ambitieux pour mobiliser l?engagement politique et atteindre les cibles
mondiales d?ici 2005 afin d?éviter une poursuite de la propagation de la
tuberculose, et notamment de la tuberculose polychimiorésistante, et ils ont
demandé l?aide de la communauté internationale. La Déclaration d?Amsterdam a
réclamé « de nouvelles approches internationales pour assurer l?accès
universel aux antituberculeux et leur distribution à tous ceux qui en ont
besoin. » Le dispositif mondial de financement des médicaments
antituberculeux a été mis en place par l?OMS et le partenariat mondial Halte
à la tuberculose directement à la suite de cet appel.

  Comme l?a conclu le Dr Brundtland, « Davantage de fonds sont nécessaires
pour fournir des médicaments de qualité à ceux qui en ont le plus besoin. Je
vous demande instamment, au nom des jeunes et des vieux, au nom des pauvres
et des détenus, de nous rejoindre dans nos efforts pour faire barrage à la
tuberculose. Votre engagement nous permettra de nous rapprocher de notre
objectif d?un monde où plus personne ne se verra refuser l?accès à la
stratégie DOTS. ».



  Pour plus d?informations, les journalistes peuvent s?adresser à :
Washington : Dr JW Lee, tél : (+41 79) 217 34 58 or Dr Jacob Kumaresan, tél
: (+41 79) 249 35 19 : (Les téléphones portables suisses fonctionnent à
Washington). Genève : Dr Ian Smith, tél : (+41 22) 791 25 36, adresse
électronique smithi@who.int ou Daniela Bagozzi tél : (+ 41 22) 791 4544;
télécopie : (+41 22) 791 4858 ; adresse électronique : bagozzid@who.int .
Tous les communiqués de presse, aide-mémoire et articles de fond, ainsi que
d?autres informations sur le sujet, se trouvent sur Internet à la page d?
accueil de l?OMS : http://www.who.int/

--
Adresse pour les messages destinés au forum E-MED:
<e-med@usa.healthnet.org>
Pour répondre à un message envoyer la réponse au forum
ou directement à l'auteur.
Pour toutes autres questions addresser vos messages à :
<owner-e-med@usa.healthnet.org>

<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] OMS : initiative pour l'accès à des antituberculeux gratuits, e-med <=