e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Accélérer laccès à la prise en charge de linfection à VIH

E-MED: Accélérer l?accès à la prise en charge de l?infection à VIH
-------------------------------------------------------------------------

Accélérer l?accès à la prise en charge de l?infection à VIH, au soutien et
aux traitements ? Bulletin d?information

Numéro 2, 20 février 2001

Voici le deuxième Bulletin de l?initiative Accélérer l?Accès à la prise en
charge de l?infection à VIH, au soutien et aux traitements.

En mai 2000, l?OMS, la Banque mondiale, l?UNICEF, le FNUAP et le secrétariat
de l?ONUSIDA ont créé l?initiative Accélérer l?Accès. Ils travaillent
actuellement avec plus de 30 pays sur l?élaboration de plans nationaux d?
action, qui incorporent des programmes de prise en charge complète aux
stratégies nationales de santé publique relatives au VIH. En même temps que
les pays, l?initiative Accélérer l?Accès implique d?autres partenaires tels
que l?industrie pharmaceutique. Au niveau mondial, les coparrainants et le
secrétariat de l?ONUSIDA élaborent des recommandations pratiques et des
mises à jour techniques ? Meilleures Pratiques, Documents techniques et
Recommandations pratiques ? relatives aux options programmatiques, dont les
pays peuvent tenir compte lors de l?élaboration de plans stratégiques
nationaux de prise en charge. L?ONUSIDA soutient également les pays en
définissant différentes options pour accéder durablement à des produits et
traitements en rapport avec l?infection à VIH.

Le présent bulletin présente les derniers faits marquants. Pour de plus
amples informations sur l?initiative Accélérer l?Accès, rendez-vous à la
section qui lui est consacrée sur le site web de l?ONUSIDA à
http://www.unaids.org/acc_access/index.html.

Une formule de soins exhaustive

Les coparrainants et le secrétariat de l?ONUSIDA préconisent une formule de
soins exhaustive, comprenant le conseil et le test volontaires ainsi que l?
appui psychosocial, la prise en charge de la douleur, les soins palliatifs,
la prévention et le traitement des infections opportunistes, une nutrition
de qualité, un renforcement des systèmes de santé, un financement équitable
et durable et, si possible, l?accès aux antirétroviraux. Ces éléments
doivent faire partie d?une stratégie globale de santé publique contre le
VIH/SIDA, mise en ?uvre en parallèle avec l?élargissement des activités de
prévention, et notamment la prévention de la transmission mère-enfant.
Améliorer l?accès aux soins et aux traitements est un défi complexe, qui
nécessite la participation de tous les secteurs, et notamment des pouvoirs
publics, des ONG, et de l?industrie pharmaceutique ? celle fondée sur la
recherche et le développement, et celle du générique. L?ONUSIDA se félicite
de l?engagement récent d?ONG, telles qu?Oxfam et Médecins Sans Frontières.

Deuxième réunion du groupe de contact

La deuxième réunion du groupe de contact s?est tenue le 13 décembre 2000.
Les documents rédigés pour cette réunion ainsi qu?un rapport succinct
présenté au Conseil de Coordination du Programme ONUSIDA le 14 décembre,
sont disponibles sur le site web de l?ONUSIDA. Le rapport détaillé de la
réunion sera mis sous peu sur le site web.

Le groupe de contact a été créé par l?ONUSIDA afin d?offrir aux
représentants des gouvernements, aux personnes vivant avec, et touchées par,
le VIH/SIDA, aux organisations non gouvernementales, ainsi qu?aux autres
intéressés ? et notamment l?industrie pharmaceutique ? une tribune où
échanger des informations et des points de vue, où se consulter, et où
exprimer les besoins et les attentes. Le groupe de contact donne également
des avis et des orientations au secrétariat de l?ONUSIDA, à l?OMS, à l?
UNICEF, au FNUAP et à la Banque mondiale, concernant les principes, les
politiques et les pratiques applicables à l?initiative pour accélérer l?
accès.

La prochaine réunion aura lieu le 29 mai 2001.

Le point à l?échelon pays

Les pays suivants ont officiellement demandé l?aide des coparrainants et du
secrétariat de l?ONUSIDA pour l?élaboration de leur plan stratégique
national visant à améliorer l?accès aux soins, à l?appui et aux traitements
: La Barbade, Belize, Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Chili, Congo,
Costa Rica, Côte d?Ivoire, Salvador, Ethiopie, Gabon, Guatemala, Honduras,
Kenya, Mali, Mexique, Maroc, Nicaragua, Nigeria, Panama, République
Centrafricaine, Rwanda, Sénégal, Swaziland, Thaïlande, Ouganda, Ukraine,
Venezuela, et Zimbabwe.

Des missions ont été entreprises, ou le seront sous peu, dans les pays
suivants : La Barbade, Burundi, Ethiopie, Gabon, Kenya, Mali, Maroc,
République Centrafricaine, Rwanda, Sénégal, Swaziland, Thaïlande, Ouganda,
Ukraine, Venezuela, et Zimbabwe.

Améliorer l?accès aux produits, et notamment aux moyens diagnostiques et aux
traitements

L?ONUSIDA pense que plusieurs approches sont nécessaires, pour que les
traitements de l?infection à VIH soient aussi rapidement disponibles pour
les personnes vivant avec le VIH/SIDA dans les pays en développement que
pour celles vivant dans les pays industrialisés. Ces approches sont
notamment les suivantes :

·       Une double tarification ? les sociétés pharmaceutiques s?engageant
durablement à faire en sorte que les médicaments, en particulier ceux sous
brevet, soient disponibles à des prix très réduits dans les pays en
développement, mais les marchés établis étant protégés.
·       La concurrence entre les fournisseurs, pour entraîner un abaissement des
prix ? avec une législation nationale prévoyant à la fois pour les
médicaments brevetés issus de l?industrie fondée sur la recherche et le
développement, et les « copies » fabriquées par l?industrie du générique.
·       Les achats régionaux ? des pays ou des régions se groupent pour acheter
des volumes importants de médicaments, bénéficiant ainsi de réductions
supplémentaires.
·       Les accords de licence ? les sociétés détentrices de médicaments 
brevetés
offrent des licences à d?autres fabricants implantés dans les pays en
développement, s?ils sont en mesure de  produire des médicaments d?une
qualité identique pour un coût moindre.


·       Le renforcement et l?utilisation des mesures de sécurité sanitaire dans
les accords commerciaux ? le cas échéant, des accords internationaux et une
législation nationale relative à la propriété intellectuelle prévoyant que
les pays délivrent des licences obligatoires de fabrication des médicaments
brevetés, là où le VIH/SIDA constitue une urgence nationale.
·       De nouveaux mécanismes de financement ? trouver de multiples nouvelles
sources de financement pour aider à payer des traitements qui, même aux prix
les plus bas, resteront inabordables pour une grande partie des personnes
les plus pauvres vivant avec le VIH/SIDA.

Prix des médicaments

A ce jour, trois pays ?Rwanda, Sénégal et Ouganda ? sont parvenus à un
accord avec quatre sociétés pharmaceutiques fondées sur la recherche, en vue
d?offrir des antirétroviraux à des prix très réduits. En Ouganda, les prix
par dose journalière sont les suivants. Ce sont les mêmes au Rwanda et au
Sénégal.

AZT + 3TC       USD 2 par jour
3TC             USD 0.58 par jour
Nevirapine      USD 1.22 par jour
ddI             USD 0.85 par jour
d4T             USD 0.75 par jour
Indinavir       USD 2.75 par jour
Efavirenz       USD 2.93 par jour

Ces prix sont ceux qu?offrent les sociétés, mais n?incluent pas les frais
supplémentaires que font payer les grossistes ou les détaillants, et qui
majoreront donc le prix auquel les malades achèteront leurs médicaments. Ces
trois pays ont inscrit ces ARV sur leurs listes de médicaments exempts de
taxes. Pour faire baisser le prix des médicaments, l?Ouganda a également
entrepris de faire jouer la concurrence directe entre l?industrie du
générique et l?industrie pharmaceutique fondée sur la recherche &
développement.

Manifestation de l?intérêt des fournisseurs de produits en rapport avec le
VIH

Les coparrainants et le secrétariat de l?ONUSIDA recensent également d?
autres fournisseurs de médicaments de qualité. L?UNICEF, l?OMS et le
secrétariat de l?ONUSIDA, conjointement avec Médecins Sans Frontières, ont
créé une base de données présentant les prix et les sources de certains
médicaments utilisés pour la prise en charge des personnes vivant avec le
VIH/SIDA, y compris les médicaments essentiels pour le traitement des
infections opportunistes ainsi que plusieurs ARV. La liste des médicaments
et leur prix indicatif figurent maintenant sur le site web de l?ONUSIDA.
Pour plus de précisions, les pouvoirs publics et autres organismes d?achats
peuvent contacter directement la Division des Achats de l?UNICEF.

En octobre 2000, l?UNICEF, le FNUAP, l?OMS et le secrétariat de l?ONUSIDA
ont fait paraître une annonce publique, demandant aux fabricants de produits
génériques et de produits issus de la recherche & développement souhaitant
participer à l?Initiative en tant que fournisseurs de manifester leur
intérêt. Ces produits englobent les antirétroviraux, certains traitements
contre les infections opportunistes et moyens diagnostiques. La date limite
pour répondre était le 1er décembre 2000 ; ont été reçues les candidatures
de 34 fabricants de médicaments (dont 29 de produits génériques) et de 11
fabricants de moyens diagnostiques et autres produits. L?UNICEF procède
actuellement à une évaluation, et notamment à un examen de la documentation
sur les produits, pour le compte des organisations onusiennes ; les
résultats détaillés devraient être disponibles au début du printemps 2001.
Cette information sera utilisée pour actualiser la base de données, et pour
informer les gouvernements membres ainsi que les organismes non
gouvernementaux associés qui s?occupent des achats. Les pays, les groupes de
pays dans telle ou telle région, ou les institutions des Nations Unies (si
les pays en font la demande) peuvent inviter les fabricants à faire des
offres, individuellement ou collectivement, pour la fourniture des produits.
En outre, l?ONUSIDA et l?OMS cherchent à obtenir confirmation et des
informations détaillées, concernant l?engagement pris par le fabricant
indien CIPLA de fournir des antirétroviraux à prix réduit aux pays en
développement, afin de déterminer comment intégrer cet élément aux
initiatives existantes visant à améliorer l?accès à la prise en charge et
aux traitements de l?infection à VIH.

Renseignements complémentaires

Pour de plus amples renseignements sur l?accélération de l?accès à la prise
en charge de l?infection à VIH, aux traitements et à l?appui, contacter Ben
Plumley, ONUSIDA, à plumleyb@unaids.org

--
Adresse pour les messages destinés au forum E-MED:
<e-med@usa.healthnet.org>
Pour répondre à un message envoyer la réponse au forum
ou directement à l'auteur.
Pour toutes autres questions addresser vos messages à :
<owner-e-med@usa.healthnet.org>

<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] Accélérer laccès à la prise en charge de linfection à VIH, e-med <=