e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] L'industrie pharmaceutique attaque l'Afrique du Sud (4)

E-MED: L'industrie pharmaceutique attaque l'Afrique du Sud (4)
-------------------------------------------------------------------------

Les médicaments génériques ont peu mobilisé Pretoria
L'ouverture, hier, du procès des groupes pharmaceutiques contre l'Etat
sud-africain n'a pas attiré les manifestants.
Par SABINE CESSOU

Le mardi 6 mars 2001

Libération

http://www.liberation.com/quotidien/semaine/20010306marz.html

Johannesburg de notre correspondante

Le capitalisme, un système malade», «GlaxoSmithKline, profiteurs du sida»,
«Des médicaments gratuits pour tout le monde»... A l'ouverture du procès de
l'Association des industries pharmaceutiques (PMA) contre l'Etat
sud-africain, hier matin (lire Libération du 5 mars), des manifestants ont
martelé leurs slogans dans trois villes du pays: Pretoria, Le Cap et Durban.
A Pretoria, ils n'étaient pas plus d'un millier à avoir répondu à l'appel
conjoint du Congrès national africain (ANC, au pouvoir), du Congrès des
syndicats sud-africains (Cosatu), du Parti communiste sud-africain (SACP) et
des organisations non gouvernementales (ONG). Il s'agit pour eux de défendre
la nouvelle loi - bloquée depuis trois ans - qui devrait permettre les
importations parallèles de médicaments et les achats de produits génériques
dans le traitement du sida. Hier, la mobilisation est restée limitée, au
regard des enjeux du procès et de la crise sanitaire que traverse le pays,
avec la progression du sida la plus rapide au monde.

Tolérance. La manifestation s'est rendue aux portes de l'ambassade des
Etats-Unis, pays qui a d'abord soutenu, tout comme l'Union européenne (UE),
les industries pharmaceutiques contre la nouvelle loi sud-africaine, avant
de revenir sur ses positions. A la tête de la manifestation, Blade Nzimande,
le secrétaire général du SACP, a demandé aux industries pharmaceutiques de
se montrer plus tolérantes. «Compte tenu de l'état de notre système de santé
et de notre niveau de développement, il est impensable de nous faire payer
le même prix qu'aux Etats-Unis pour les mêmes traitements», a-t-il déclaré.

Défilant aux côtés des représentants de l'ONG anglaise Oxfam, Glenys
Kinnock, une élue du Parti travailliste britannique au Parlement européen, a
voulu soutenir les autorités sud-africaines. «L'Europe a un rôle important à
jouer dans les négociations avec l'Organisation mondiale du commerce»,
a-t-elle affirmé. L'Afrique ne représente que 1% du commerce mondial des
médicaments. Il n'y a pas de menace sérieuse pour les industries
pharmaceutiques sur ce continent. Elle poursuit: «Nous savons ce que le
Brésil a accompli en donnant des traitements à tous les malades du sida.
Aucun argument contre l'accès des plus pauvres aux produits génériques ne
tient la route.»

Sans états d'âme. A la veille du procès à Pretoria, le ton est monté. L'ANC
a accusé les grands groupes pharmaceutiques d'«extorquer des profits en
pratiquant des prix exorbitants, aux dépens des gens pauvres des pays en
développement». L'Association des industries pharmaceutiques (PMA), qui
s'est offert les services des meilleurs avocats du pays, affirme pour sa
défense que les produits génériques sont, certes, moins chers que ceux des
grands laboratoires, mais qu'ils ne sont pas toujours de bonne qualité.

Sur la sellette, les industriels ne semblent pas avoir d'états d'âme. «Nous
avons besoin d'un partenariat autour de la tarification des médicaments et
d'un accord raisonnable entre tous les acteurs concernés», a déclaré
Mirryena Deeb, la directrice générale de la PMA. Pour les 39 industries
membres de l'Association des industries pharmaceutiques, parmi lesquelles
des filiales de grandes multinationales, la bataille juridique vise à
protéger leurs licences en Afrique du Sud et à empêcher la création d'un
précédent susceptible de menacer leurs intérêts ailleurs.

Ce procès n'est pas gagné d'avance par l'Etat sud-africain. La première
journée d'audience, hier, a été en partie consacrée à une ONG
sud-africaine - la TAC, Campagne d'action pour le traitement - qui demande à
participer au procès. Les avocats de la PMA s'y sont opposés. En attendant
le verdict, prévu pour le 13 mars, le gouvernement a annoncé sa ferme
intention de poursuivre ses discussions avec l'Inde et le Brésil, en vue
d'une coopération pour la fabrication de produits génériques. Le Brésil
aurait proposé des transferts de technologie, et l'Inde un approvisionnement
en matières premières.


[Posté par CB]

--
Adresse pour les messages destinés au forum E-MED:
<e-med@usa.healthnet.org>
Pour répondre à un message envoyer la réponse au forum
ou directement à l'auteur.
Pour toutes autres questions addresser vos messages à :
<owner-e-med@usa.healthnet.org>

<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] L'industrie pharmaceutique attaque l'Afrique du Sud (4), remed <=