e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] A propos de la baisse de prix des ARV au Sénégal

E-MED: A propos de la baisse de prix des ARV au Sénégal
-------------------------------------------------------------------------

A propos de la baisse de prix des ARV au Sénégal.

Dans le précédent e-med (5/12/00), le quotidien sénégalais "Le Soleil",
révélait qu'entre 1998 et 2000  le prix des médicaments ARV dans le cadre de
l'initiative nationale du gouvernement, avait baissé de 328000FCFA à 5000
FCFA par mois.

Ce dernier chiffre ne correspond pas aux informations dont ReMeD dispose
pour le Sénégal dans le cadre de cette opération. Pour les ARV les plus
utilisés, prix rendus Dakar:

Laboratoire MSD : CRIXIVAN (Indinavir) 200 mg(boite de 360 comprimés) ou 400
mg (180 comprimés) 1820 FF. Le laboratoire offre 3 autres boites pour 1
achetée. La boite revient à 455 FF. La posologie recommandée de Crixivan est
de 800 mg toutes les 8 heures, il faut 1 boite par mois.

Laboratoire BMS:Videx 25 mg(boite de 60): 22,80 FF
                    Videx 50 mg                   : 45,60 FF
                    Videx 100             : 91,21 FF
                    Videx 150             : 136,81 FF
                    Videx 200 mg                 : 182,42 FF
                    Videx 2 g             : 30,40 FF
                    Videx 4 g             : 60,81 FF
La dose quotidienne recommandée pour un adulte de moins de 60 kg est de
250mg. Cela reviendra à 114 FF pour un mois pour le seul Videx.

                    Zérit 15 (boite de 56): 56,81 FF
                    Zérit 20              : 75,11 FF
                    Zérit 30              : 112,67FF
                    Zérit 40              : 150,23FF
                Zérit 1g poudre   : 13,41 FF
La dose quotidienne recommandée est de 60mg pour un patient de moins de 60
kg. Cela reviendra à 112,67 FF pour 28 jours, pour 30 jours 120,72 FF pour
le seul Zérit.


Un autre journal "Jeune Afrique" du 27 novembre 2000 indiquait que les
firmes pharmaceutiques proposaient un traitement entre 1600 et 1800 dollars
par an, mieux que ce qu? offrent des pays comme le Brésil et l'Inde.

Prix programmés par le Brésil pour 2001

Didanosine comp.100 mg (boite de 60) 29,19 US$ 215,26 FF (fixing du 7/12/00,
1US$=7,37445)
Didanosine comp. 25 mg (boite de 60)  9,73 US$  71,75 FF
Stavudine  comp. 30 mg (boite de 60)  5,84 US$  43,06 FF
Stavudine  comp. 40 mg (boite de 60) 16,22 US$ 119,61 FF
Indinavir  comp.400 mg (boite de 90)144,00 US$ 1061,92FF
Lamivudine comp.150 mg (boite de 60) 20,43 US$  150,66FF
Lami+Zidovu 150+300 mg (boite de 60) 40,54 US$  298,96FF
Névirapine comp.200 mg (boite de 60) 75,00 US$  553,08FF
Zidovudine caps.100 mg (boite de 100)14,59 US$  107,59FF

Il apparait que 56 comprimés de stavudine sont plus chers au Sénégal que 60
comprimés au Brésil.
Le nombre de malades qui vont être traités n?est jamais précisé. Il serait
intéressant que soient confirmés les chiffres les plus fréquemment
rencontrés : en 2001, 90 à 100 malades, 300 d'ici 2003. Il y a actuellement
près de 3000 malades diagnostiqués au Sénégal. Aucune offre n?a été faite à
la Côte d?Ivoire où 4000 malades pourraient être mis sous traitement, au
Mali où le Cesac de Bamako ne peut traiter actuellement que 60 malades.

L'expérience sénégalaise ne démontre pas une volonté des laboratoires de
devenir des acteurs de santé publique mais une stratégie pour casser
l'entrée des "génériques" et la pénétration du marché africain par des
fabricants du sud dans le cadre de partenariat sud sud.

Il est écrit plus loin ..."Le Brésil et l'Inde offrent (...) des médicaments
génériques qui posent des problèmes de qualité des produits et de
pérennisation des approvisionnements."
Ce discours n'est pas sans rappeler le document remis par la Fédération
Internationale de l'Industrie du Médicament (FIIM ou IFPMA)le 28 septembre
2000 à Bruxelles lors de la Table Ronde de haut niveau organisée par la
Commission Européenne, intitulé "The reality behind the Brazilian Model'?.
 Les médecins brésiliens sont inquiets de la qualité des médicaments car les
autorités ne n'assurent pas un contrôle de qualité régulier et les études in
vivo font défaut ».

Ce type d?information diffusée par l'industrie pharmaceutique se retrouve
dans le monde entier : au Sénégal, en Côte d'Ivoire où les prescripteurs ont
refusé de prescrire les génériques d'ARV proposés par la centrale nationale
d'achat, au Brésil, etc?. Le professeur Bermudez, professeur à l'école
nationale de santé publique de Rio, a écrit à ReMeD "les commentaires sur la
qualité des ARV produits localement ont été fortement influencés par les
multinationales".

Au Brésil, les études de bioéquivalence de tous les ARV produits par les
laboratoires publics sont réalisées actuellement et conduiront à leur
enregistrement comme génériques selon la loi brésilienne. Les résultats
seront publiés au début de 2001 et seront accessibles sur le site web du
ministère de la santé (www.saude.gov.br)

Un autre mel présentera en détails cette réalité brésilienne.

G.Di Schino
Pharmacien, ReMeD
Réseau Médicaments et Développement
35 rue Daviel
75 013 Paris
tel 33 1 53 80 20 20
fax 33 1 53 80 20 21
remedgdischino@wanadoo.fr
www.remed.org

--
Adresse pour les messages destinés au forum E-MED:
<e-med@usa.healthnet.org>
Pour répondre à un message envoyer la réponse au forum
ou directement à l'auteur.
Pour toutes autres questions addresser vos messages à :
<owner-e-med@usa.healthnet.org>

<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] A propos de la baisse de prix des ARV au Sénégal, remedgdischino <=