e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Nouvelle classe de composés antipaludiques, les trioxaquines,

E-MED: Nouvelle classe de composés antipaludiques, les trioxaquines
-------------------------------------------------------------------------

PARIS, 21 nov (AFP) - Une équipe de recherche française vient de mettre au
point une nouvelle classe de composés antipaludiques, les trioxaquines, des
molécules de synthèse qui, espèrent les chercheurs, devraient permettre de
surmonter les résistances à la chloroquine, l'antipaludéen le plus
couramment utilisé.

   Les résultats de ces recherches - menées à Toulouse dans le laboratoire
de chimie dépendant du Centre national de la recherche scientifique (CNRS)
dirigé par Bernard Meunier - viennent de faire l'objet d'une prise de brevet
par cet établissement et sont publiés cette semaine dans la revue
spécialisée ChemBioChem.

   Les trioxaquines contiennent deux fragments distincts - une
aminoquinoléine et un trioxane - liés en une molécule unique, mais agissant
selon des mécanismes différents.

Cette méthode, une sorte de "bithérapie" permet d'obtenir une famille de
molécules apparemment très actives in vitro contre le paludisme et ce, à des
concentrations infimes.

   Selon les auteurs des recherches, ces futurs médicaments pourraient
permettre de lutter contre les formes de paludisme résistantes à la
chloroquine, qui sont responsables de nombreux cas mortels de cette maladie.

   Le parasite responsable des formes graves du paludisme, le Plasmodium
falciparum, est depuis plusieurs années devenu résistant à la chloroquine,
un médicament bon marché dont l'efficacité a duré plus de 40 ans. Injecté
par les moustiques, le parasite du paludisme envahit les globules rouges et,
en 48 heures, atteint une taille plusieurs fois supérieure à sa taille
d'origine. Il se divise alors en 20 à 30 nouveaux parasites qui vont à leur
tour prendre le contrôle d'autres globules rouges.

   Un mort toutes les 12 secondes

   Plusieurs molécules récemment découvertes semblent actives contre ce
parasite mais certaines font aussi preuve d'une toxicité qui rend  leur
utilisation dangereuse. D'autres, comme l'artémisinine et ses dérivés sont
extraits d'une variété d'armoise utilisée en médecine traditionnelle
chinoise, ce qui rend leur approvisionnement coûteux et aléatoire, explique
le CNRS.

   Les premiers résultats obtenus sur les trioxaquines sont très prometteurs
et une nouvelle société, PALUMED vient d'être fondée à Toulouse afin de
prendre en charge le développement pré-clinique de cette nouvelle classe de
composés antipaludiques.
   "Les trioxaquines, relativement simples à élaborer, devraient pouvoir
être produites à des coûts plus avantageux que l'artémisinine", souligne le
CNRS.

   Dépouillé au profit du SIDA en 1999 du titre de premier tueur d'Afrique -
et bien moins doté en fonds de recherches - le paludisme emporte  une
personne toutes les 12 secondes, très souvent un enfant ou une femme
enceinte. Actuellement, il touche de 300 à 500 millions de personnes, en tue
chaque année entre 1,5 et 2,7 millions, en Afrique dans neuf cas sur dix, et
grève très lourdement les économies des pays affectés. Aussi appelé malaria
("mauvais air", en italien), en raison de sa prédominance dans les régions
humides et marécageuses, le paludisme est la plus répandue des maladies
tropicales. A ce jour, il n'existe toujours pas de vaccin contre cette
maladie.

posté par Jacques SCHWARTZ
Jacques.SCHWARTZ@diplomatie.fr


--
Adresse pour les messages destinés au forum E-MED:
<e-med@usa.healthnet.org>
Pour répondre à un message envoyer la réponse au forum
ou directement à l'auteur.
Pour toutes autres questions addresser vos messages à :
<owner-e-med@usa.healthnet.org>

<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] Nouvelle classe de composés antipaludiques, les trioxaquines,, Jacques . SCHWARTZ <=